Le Bouddha Amitabha : Le grand Roi du Dharma

▪ La Porte-Dharma de la Conscience-Souvenir du Bouddha

Le Bouddha Amitabha : Le grand Roi du Dharma

 

Extraits d’une conférence de Maître Hsuan Hua

 

Pourquoi récitons-nous ‘’ Namo Amitabha Bouddha” ? C’est parce que le Bouddha Amitabha a une grande affinité avec les êtres vivants dans les dix directions. Avant que le Bouddha Amitabha réalise la Bouddhéité, au cours de sa pratique sur « le sol de la cause », il était un Bhikshu nommé Dharma Trésor qui a formulé quarante huit vœux. Parmi ces vœux, il y en avait un qui disait, ‘’ Je formule le vœu qu’après ma réalisation de la Bouddhéité, tous les êtres vivants à travers les dix directions qui récitent mon nom réaliseront certainement la Bouddhéité. S’ils ne pourront réaliser la Bouddhéité, alors je ne réaliserai pas la Bouddhéité.’’

Le pouvoir des vœux du Bouddha Amitabha est comme un aimant ; les êtres vivants des dix directions sont comme des limailles de fer. Ceci est la façon dont il attire tous les êtres vivants des dix directions vers la Terre de Suprême Félicité. Que se passe-t-il s’ils ne sont pas attirés ? Le Bouddha Amitabha a fait le vœu que lui-même ne réaliserait pas la Bouddhéité s’ils ne peuvent aussi devenir Bouddhas ! Par conséquent, tous ceux qui récitent le nom du Bouddha Amitabha ont l’opportunité de réaliser la Bouddhéité.

 

Rassembler tous les êtres dans la Terre de l’Ouest

 

Le Soutra Amitabha appartient à la catégorie des Soutras que le Bouddha a révélés sans demande. Pourquoi ce Soutra a été prononcé sans demande ? Personne n’a compris cette Porte-Dharma, et ainsi personne n’a pu faire la demande au Bouddha de le révéler. Bien que le grand sage Sariputra était un interlocuteur dans l’assemblée, même lui ne put savoir comment demander au sujet de cette Porte-Dharma. Probablement que le Bouddha ne pouvait plus attendre plus longtemps, et donc il parla à tous de la plus commode, plus directe, plus satisfaisante, plus facile, et plus expéditive Porte-Dharma de la récitation du nom du Bouddha. Si une personne peut réciter le nom du Bouddha, « que ce soit pendant un jour, deux jours, trois, quatre, cinq jours, six, autant que sept jours, avec un esprit non confus, quand cette personne approchera la mort, devant elle apparaîtra le Bouddha Amitabha et toute l’assemblée des saints » pour le guider. Bien que la plupart des gens trouvent cela difficile de croire à cette Porte-Dharma, c’est la pratique la plus directe et sûre.

La Porte-Dharma de la récitation du nom du Bouddha est appropriée pour ceux des toutes trois facultés et bénéfique pour l’intelligent et le stupide. Que vous soyez stupide ou sage, vous pouvez réaliser la Bouddhéité. Quand on renaît en Terre Pure où les êtres « endurent aucune des souffrances, mais jouissent de toute félicité », on renaîtra de façon par transformation d’un lotus. Nous ne passerons plu à travers une matrice dans le royaume humain, mais rentrerons dans une fleur de lotus, vivront à l’intérieur un cours instant, et alors réaliseront la Bouddhéité.

 

Nuit et Jour Maintenez le Nom avec une Conscience Sincère, Concentrée

 

Le Roi de Tous les Dharmas est l’unique mot ‘’Amitabha’’.

Les cinq périodes et les huit enseignements sont tous contenus en lui.

Qui, concentré en un point se souvient et récite son nom

En samadhi pénétrera le lieu de quintessence des Ainsi-Venus.

 

Le Roi de Tous les Dharmas est l’unique mot ‘’Amitabha’’. / Les cinq périodes et les huit enseignements sont tous contenus en lui.

 

Les enseignements sont arrangés en huit catégories, quatre en accord avec la nature de l’enseignement : l’enseignement de liaison, l’enseignement spécial, et l’enseignement parfait ; et quatre en accord avec les méthodes d’enseignement : soudaine, graduelle, secrète, et nébuleuse - non fixée. Les cinq périodes sont:

L’ Avatamsaka, Agama, Vaipulya, Prajna, et Lotus-Nirvana. Ces huit enseignements et cinq périodes sont tous inclus dans l’unique mot « Amitabha ».

 

Qui, concentré en un point se souvient et récite son nom

En samadhi pénétrera le lieu de quintessence des Ainsi-Venus.

 

Une telle personne ira définitivement en Terre Pure de Lumière et Calme Eternel, la Terre de Suprême Félicité.

Les êtres vivants dans l’âge du déclin du Dharma seront sauvés en récitant le nom du Bouddha. Et dons quiconque espère être sauvé devrait se souvenir du Bouddha.

 

Prononcez une phrase en moins ;

Récitez le nom du Bouddha une fois de plus.

Combattre vos pensées à mort,

Et laissez votre Corps-Dharma s’animer.

 

Ne regardez pas légèrement la Porte-Dharma de la récitation du nom du Bouddha.

 

Contempler à Tous moments et Bien Réfléchir

 

Il y a quatre types d’attention au Bouddha :

 

1- Attention au Bouddha à travers le maintien de son nom. Ceci implique la récitation « Namo Amitabha Bouddha » encore et encore.

 

2- Attention au Bouddha à travers la contemplation réflexion. Ceci signifie contempler ceci :

 

Le corps du Bouddha est de la couleur d’or.

La splendeur de toutes ses marques est sans comparaison.

La lumière de son front brille autour de cinq Mont Sumerus.

Larges comme les océans sont ses yeux, purs et clairs.

Etincelant par leur brillance par transformation

Sont les Bodhisattvas sans nombre et les Bouddhas infinis.

Ses quarante huit vœux seront notre libération.

Il permet à tous ceux qui sont dans les neuf niveaux de lotus

D’atteindre la rive la plus éloignée.

 

Ceci est l’attention au Bouddha à travers la contemplation réflexion.

 

3- Attention au Bouddha à travers la contemplation visualisation. Ceci signifie réciter « Namo Amitabha Bouddha » en faisant face à une image du Bouddha. On devrait réciter l’expression très clairement, l’entendre très clairement, et la garder très clairement à l’esprit.

 

4- Attention à l’apparence réelle du Bouddha. Ceci est juste la méditation Zen. Quand nous méditons, nous nous posons cette question, « Qui récite le nom du Bouddha ? ». nous récitions « Namo Amitabha Bouddha » pendant deux semaines, et alors nous essayons de trouver qui récite le nom du Bouddha. Nous devons trouver « Qui » et ne pas perdre le « Qui ». si nous le perdons, alors nous ne pourrons rentrer à la maison. Si nous ne pouvons rentrer à la maison, nous ne verrons pas le Bouddha Amitabha.

 

Chacun avec sa Propre Foi, ses Propres Vœux, et sa Propre Pratique.

 

La Foi, les Vœux, et la pratique sont les trois pré requis de la Porte-Dharma de la Terre pure. Celui qui part en voyage emporte de la nourriture et un peu d’argent. Celui qui souhaite aller en Terre Pure de Suprême Félicité a besoin de Foi, de Vœux, et de pratiquer le maintien du nom du Bouddha.

 

La Foi est le premier pré requis, car sans elle on n’aura pas d’affinité avec le Bouddha Amitabha dans la Terre de Suprême Félicité. Vous devez avoir la Foi en vous-même, la Foi en la Terre Pure de Suprême Félicité, aussi bien qu’en la cause et l’effet, le noumène et le phénomène.

Que signifie croire en soi-même ? C’est de croire que vous allez certainement avoir les qualités nécessaires pour renaître en la Terre de Suprême Félicité. Vous ne devriez pas vous considérer à la légère et dire, « J’ai commis tant de mauvaises actions, je ne peux y renaître. » supposons que vous avez créé un karma incluant de lourdes fautes, bien, maintenant vous avez une bonne opportunité : vous pouvez « prendre votre karma avec vous en une renaissance. » Cela signifie que mis à part les exactions que vous avez commises dans le passé, vous pouvez toujours renaître dans la Terre Pure de Suprême Félicité, et que ce karma part avec vous. Cependant, vous avez besoin de savoir que le karma que vous pouvez emmener est le karma que vous avez déjà créé, et non celui que vous continuez à créer. Le karma que vous avez déjà créé est le karma des vis passées. Le karma que vous continuez à créer va mûrir dans le futur. Ce que vous pouvez emporter est l’ensemble des mauvaises actions du karma créé dans le passé ; ce que vous ne pouvez emporter est l’ensemble du karma que vous créez maintenant qui mûrira dans le futur. Peu importe ce que vous avez toujours fait, sans défier tout genre de mauvaises actions, vous pouvez maintenant changer vos fautes et changer votre conduite, arrêter le mal et devenir intègre. Alors vous pouvez emmener ces offenses créées dans le passé avec vous pour la Terre de Suprême Félicité. Mais continuer à en commettre vous empêchera d’y aller.

Deuxièmement, vous devez avoir la Foi en la Terre de l’Ouest de Suprême Félicité qui est à des centaines de millions de Terres de Bouddhas d’ici. Avant de réaliser la Bouddhéité, le Bouddha Amitabha, en tant que Bhikshu Dharma trésor, fit le vœu de créer la Terre de Suprême Félicité où les êtres vivants des dix directions qui ont fait le vœu d’y renaître pourraient gagner une renaissance en récitant son nom. Il n’y a besoin de rien faire d’autre ; c’est facile, simple, commode, et interpénétrant—de plus cela ne coûte pas une seule chose et ne gaspille pas d’énergie. Cette Porte-Dharma peut être considérée la plus élevée et la plus suprême, car si vous récitez juste, « Namo Amitabha Bouddha », vous renaîtrez dans la Terre de Suprême Félicité.

Il est aussi nécessaire de croire en la cause et l’effet. Croire en la cause est de croire que dans le passé vous avez planté des bonnes racines qui maintenant vous permettent de croire en cette Porte-Dharma. Sans bonnes racines, personne ne rencontre cette Porte-Dharma de la récitation du nom du Bouddha, ou aucune autre Porte-Dharma, pour cette raison. A cause des bonnes racines plantées dans le passé, vous pouvez maintenant rencontrer la Porte-Dharma de la Terre Pure avec Foi, Vœux, et maintenir le nom.

Mais si vous ne continuez à nourrir les bonnes racines plantées, alors vous ne pourrez atteindre le fruit de la Bodhi dans le futur. C’est pourquoi, vous devez croire en la cause et l’effet ; croire que dans le passé vous avez déjà

planté les causes de la Bodhi et ainsi dans le futur vous atteindrait sans doute le fruit de la Bodhi. Le principe est pareil que de planter dans un champ : les graines doivent être arrosées et nourries au préalable pour pouvoir grandir.

Finalement, on doit avoir la Foi en le phénomène et le noumène.  Le phénomène spécifique est ceci : le Bouddha Amitabha a une grande affinité avec nous et nous guidera sans doute vers la Bouddhéité. Le principe noumène est ceci : Nous savons que la grande affinité existe parce que sans elle nous n’aurions pas rencontré la Porte-Dharma de la Terre Pure. Le Bouddha Amitabha est tous les êtres vivants et les êtres vivants sont tous le Bouddha Amitabha. Le Bouddha Amitabha est devenu le Bouddha Amitabha en récitant le nom du Bouddha, et si nous récitons le nom du Bouddha, nous, aussi, pouvons devenir le Bouddha Amitabha.

Nous devrions cultiver en accord avec le principe du phénomène et du noumène.

L’Avatamsaka Soutra parle de quatre Royaumes du Dharma :

 

1- Le Dharma Royaume du Phénomène Non Obstrué.

2- Le Dharma Royaume du Noumène Non Obstrué.

3- Le Dharma Royaume du Noumène et du Phénomène Non Obstrué.

4- Le Dharma Royaume de Tous les Phénomènes Non Obstrués.

  

Considérant les quatre Dharma Royaumes, et parlant du point de vue de notre propre nature, nous et le Bouddha Amitabha sommes unifiés, et par conséquent nous avons les qualifications pour réaliser la Bouddhéité.

Le Bouddha Amitabha est le Bouddha Amitabha au sein des esprits de tous les êtres vivants, et les êtres vivants sont les êtres vivants au sein de l’esprit du Bouddha Amitabha. A cause de cette interconnexion, il y a les phénomènes et le noumène.

Cependant, vous devez croire en ce principe et énergiquement le pratiquer en récitant le nom du Bouddha ; vous ne pouvez être paresseux. Votre récitation du nom du Bouddha devrait s’accroître de jour en jour, et non décroître.

Ayant discuté de la Foi, nous allons maintenant discuter des vœux. Qu’est-ce qu’un vœu ? Quand vous voulez quelque chose, quand vos pensées tendent vers une certaine chose, votre esprit a un souhait, alors vous formulez un vœu. Dans le Bouddhisme il y a quatre vastes vœux :

 

Je fais le voeu de sauver les êtres en nombre infinis.

Je fais le vœu de rompre toutes les afflictions inépuisables.

Je fais le vœu d’étudier les Portes-Dharma incommensurables.

Je fais le vœu de réaliser la Suprême Voie du Bouddha.

 

Tous les Bouddhas et Bodhisattvas du passé, du présent et du futur ont pratiqué la conduite du Bodhisattva et atteint la Bouddhéité en se reposant sur ces quatre grands vœux.

Mais afin de formuler des vœux, vous devez avoir la Foi. En premier, croyez qu’il existe une Terre de Suprême Félicité ; deuxièmement, ayez la Foi en le Bouddha Amitabha ; troisièmement, croyez que vous et le Bouddha Amitabha avez une grande affinité, et que vous pouvez certainement renaître dans la Terre de Suprême Félicité. Avec la Foi dans ces trois choses, vous pouvez alors faire un vœu, « Je désire renaître en la Terre d’Amitabha ». Il existe un dicton,

 

« Je veux renaître en la Terre pure de l’Ouest.”

« Je veux renaître là-bas. Personne ne me force d’y aller ; personne ne m’entraîne là-bas. Bien que le Bouddha Amitabha soit venu pour me guider, je pars en tant que volontaire parce que je veux être proche de lui. Je veux renaître en la Terre de Suprême Félicité et voir le visage du Bouddha Amitabha quand ma fleur de lotus s’ouvrira.

Je veux rencontrer le Bouddha et entendre le Dharma. »       

 

Ceux-ci sont les vœux dont vous avez besoin.

Alors vous devez pratiquer. Comment?  Récitez le nom du Bouddha, en disant « Namo Amitabha Bouddha, Namo Amitabha Bouddha... », comme si vous essayiez de sauver votre tête du bourreau, courant de l’avant pour la garder.

La Foi, les Vœux, et la pratique sont les dépenses de voyage pour renaître en la Terre Pure de Suprême Félicité. Ils sont votre ticket.

 

La chanson de l’Attention au Bouddha, au Dharma, et à la Sangha.

 

Tandis que nous récitons « Namo Amitabha Bouddha », nous créons chacun de nous et ornons la Terre de Suprême Félicité. Nous accomplissons chacun de nous notre propre Terre Pure de Suprême Félicité qui est certainement pas à des centaines de milliers de Terres de Bouddhas d’ici. Maintenant, la Terre Pure de Suprême Félicité réellement est à des centaines de milliers de millions de Terres de Bouddhas ailleurs ; et encore cela ne va pas au-delà de la toute pensée que nous avons en ce moment. Puisqu’elle est tout à fait en nos cœurs, nous disons qu’elle n’est pas pas à des centaines de milliers de Terres de Bouddhas d’ici. La Terre de Suprême Félicité est le vrai cœur originel, le vrai esprit, de chacun de nous tous. Si vous obteniez ce cœur, vous renaîtrez dans la Terre de Suprême Félicité. Si vous ne comprenez pas votre propre cœur vrai originel, vous n’y renaîtrez pas. Le Bouddha Amitabha et les êtres vivants ne sont pas distincts – c’est pourquoi je dis que la Terre Pure de Suprême Félicité n’est pas si loin que cela. En une pensée, tournez la lumière vers l’intérieur. Sachez qu’originellement, vous êtes le Bouddha, et votre Bouddhéité originelle est juste la Terre de Suprême Félicité.

Pour cette raison, vous devriez jeter de côté vos pensées souillées, vos désirs de concupiscence, votre confusion, jalousie, contrariété, égoïsme et complots pour des gains personnels. Soyez comme le Bodhisattva qui rend bénéfice à tout le monde et éveille les êtres. Simplement cela est la Terre Pure de Suprême Félicité. N’êtes-vous pas d’accord que l’absence de confusion et de pensées erronées est la Terre de Suprême Félicité. ? si tel n’est pas le cas, qu’est-ce ? Ne recherchez pas dehors.

 

Permettez moi de chanter une chanson :

 

Amita, le Grand Sage et Maître,

Serein, subtil, merveilleux au-delà de tous...

Etangs des sept joyaux,

Fleurs de quatre couleurs et vagues d’or chatoyant.

 

Elle mentionne les quatre ombres des fleurs de lotus. Qui est le grand sage et maître ? Le Bouddha Amitabha est ainsi.  

 

Amita, le Grand Sage et Maître, serein, subtil, merveilleux au-delà de tous... : Il est intègre, orné et très merveilleux. Il n’y a aucune image aussi fine que celle du Bouddha Amitabha.

 

Au sein Étangs des sept joyaux, Fleurs de quatre couleurs... : Pas seulement les étangs sont remplis des sept joyaux, l’eau aussi  forme des vagues d’or chatoyant.

 

Fleurs de Lotus Merveilleuses de couleur Verte, Jaune, Rouge et Blanche.

 

Le résultat de notre récitation « Namo Amitabha Bouddha » ici où nous sommes est qu’en la Terre Pure de Suprême Félicité, une fleur de lotus se forme dans les étangs aux sept joyaux, remplis avec des eaux aux huit vertus. Plus nous récitons, plus elles deviennent grandes, mais elles ne s’ouvrent pas. Quand nous mourrons, notre nature intrinsèque renaît dans le lotus dans la Terre Pure de Suprême Félicité. Il y a neuf grades de lotus, et le grade de lotus dépend de la façon dont nous récitons le nom du Bouddha. Réciter plus fait davantage grandir notre lotus ; moins de récitations la rend plus petite. «Maintenant, supposons que je ne récite pas du tout ? » Si nous arrêtons de réciter ensemble, notre lotus va faner et mourir. Le grade de lotus dépend de notre propre effort de récitation du nom du Bouddha.

 

Le Vent Qui Souffle et les Eaux Calmes

Proclament le Mahayana

 

Le cœur pur est comme la lune dans l’eau. L’esprit en samadhi est comme un ciel sans nuage. Si vous pouvez réciter si complètement que vous pénétrez le Samadhi de la Récitation du Bouddha, alors entendant le vent, c’est ‘Namo Amitabha Bouddha’, et entendant la pluie, c’est ‘Namo Amitabha Bouddha’. Chaque son que vous entendez récite le nom du Bouddha. L’eau coule, le vent souffle, proclamant le Mahayana. Le poète chinois Su Dongpo a dit : ‘ Des couleurs de la montagne, aucune n’est pas la vaste, longue langue. Des sons de la montagne, tous sont le clair, pur son.’ Toutes les couleurs de la montagne sont la longue et vaste langue du Bouddha proclamant le merveilleux Dharma. Ceci est l’obtention du Samadhi de la récitation du Bouddha. Ainsi, j’ai écrit ce verset :

 

Si vous récitez le nom du Bouddha, sans cesse,

La bouche récite « Amitabha » et rassemblent toutes les choses en une seule.

Des pensées éparpillées ne s’élèvent pas du tout, le Samadhi vous obtenez.

Pour une renaissance en la Terre Pure, votre espoir n’est pas vain.

Si tous les jours vous détestez la douleur du Saha souffrant,

Faites de la renaissance en la Suprême Félicité votre but essentiel de l’esprit.

Laissez tomber vos réflexions impures et de pures pensées vous trouverez.

 

Récitez le nom du Bouddha du matin à la nuit et vos pensées confuses ne s’élèveront pas. Vous allez naturellement atteindre le Samadhi de la Récitation du Bouddha et renaître en la Terre de Suprême Félicité, en accord avec votre volonté. Vous savez que le monde Saha est plein de douleur et de souffrance ; donc coupez les plaisirs mondains et n’ayez aucune pensée de désir sexuel, de soif et saisie, ou de lutte pour la gloire et le profit. Déposez tous les soucis mondains et regardez-les comme étant faux. Recherchez la renaissance, l’ultime félicité ; cette pensée de renaissance est extrêmement importante. Ce verset clairement explique les principes de la récitation du nom du Bouddha, et si vous savourez attentivement son goût, vous le trouverez très utile.